Semaine du 2 au 8 octobre

Ça fait tellement longtemps, it seems. Tellement longtemps que je n’ai pas arpenté les méandres de la toile pour vous livrer en direct les pépites et joyeusetés qu’Amsterdam a à vous offrir cette semaine.
Les suggestions reviennent – pour combien de temps nul ne le sait, mais profitons du temps présent derrière l’écran.
[Temps présent oui, mais il serait de bon ton après ce week-end en haute tension de rappeler que nous fêtons aujourd’hui les 20 ans du Traité d’Amsterdam, qui réaffirmait – entre autres – la structure en trois piliers de l’Union Européenne et ré-affirmait les principes de liberté, de démocratie et de respect des droits de l’homme dans les pays signataires…]

 

Concerts

C’est sold-out depuis longtemps, mais comment ne pas le mentionner : Sigur Ròs accoste dans notre plat pays et c’est ce soir, si vous faites partie des heureux chanceux.

Mardi – Rock & rage au Bitterzoet avec l’américain Hanni Et Khatib et son flow contagieux.

Oh, loved one / Now do the shoe shine / Let’s do the war time / Let’s do the high blind / Let’s do the holy ghost /Now do the love down.
Let’s do the kings crown / Let’s do the night fight
Now do the shout loud.

Mercredi, attention génie ! C’est subversif et un peu fou, ça nous fait danser et rire et nous téléporte au soleil de Bogota : l’experimentale de Eblis Alvarez et ses Meridian Brothers vient nous bousculer au Paradiso !

Sont-ce ces sons et ces voix trafiqués, qui évoquent des vinyles gondolés par une exposition prolongée au soleil, puis joués à la mauvaise vitesse ? Est-ce la façon dont Eblis Álvarez réinterprète les rythmes latinos, cumbia et salsa, comme des grains de maïs transgénique lâchés dans un four à micro-ondes ? Sont-ce les thèmes de ses chansons – ici, un zombie pourchassé par des vautours heureux ; là, des extraterrestres ; ailleurs, un refrain culotté qui fait « je n’ai pas de pantalon, je n’ai pas de pantalon » ? Est-ce parce qu’on a essayé de danser là-dessus et qu’on s’est retrouvé bras et jambes emmêlés ? Electropicalisme, psychotropicalisme, dadaïsme latino, exotica hallucinogène, musiques traditionnelles poussées dans les joyeux confins de l’idiotie, de l’excentricité et de l’avant-garde : on en rêvait, les Meridian Brothers (dont Desesperanza est le quatrième album) le font.
Les Inrocks.

 

Plus british, jeudi – l’histoire d’un rare come back réussi : celui de Slowdive, icône des années 90’s. Et c’est encore au Paradiso que leurs échos lancinants nous enchanteront.


Légende encore : si vous n’avez pas vos billets pour Nick Cave vendredi, vous pouvez toujours aller faire un tour au Concerto Recordstore jeudi pour une présentation de sa biographie, en musique bien sûr !


Samedi enfin, beaucoup plus local : j’en connais qui ne loupent jamais une date de ce groupe joyeux et hyperactif ! La Banda Fantastica porte bien son nom et vous fera danser sur de la cumbia contagieuse au Winston Kingdom ce samedi soir !

 

 Cinéma

Hommage à Spike Lee au Musée du film ce mardi alors que mercredi le cycle des films qui ont inspiré la série Netflix Stranger Things se poursuit au FC Hyena.
Dimanche en ciné expat (vo sous-titrée anglais) le Chili & les transgenres seront à l’honneur, avec Una Mujer Fantastica de Sebastián Lelio.

 

Expositions

Bon, je me permets de dériver un peu de nos canaux, pour mentionner ici que du 4 au 8 octobre se tiendra la grande foire d’art contemporain Art in The Hague, édition 2017. Plus de 52 galeries à découvrir et de nombreux artistes internationaux invités, de quoi ravir professionnels et amateurs !

Jeudi, mentionnons aussi le vernissage de l’exposition consacrée au photographe Jimmy Nelson, dans la galerie Rademakers, la rétrospective consacrée à l’artiste & philosphe Meggy Rustanova au Brakke Grond, alors qu’une soirée pas comme les autres se déroulera au De School.


Avec Culture Club, des artistes associés de 16 différentes institutions culturelles de la ville sont invités à s’exposer, performer, mixer, danser et jouer au tennis ensemble ! Parmi elles (les institutions !), citons entre autres : l’EYE Filmmuseum, le Nationale Opera & Ballet, la Pakhuis de Zwijger, le Podium Mozaiek, le Nederlands Philharmonisch Orkest | Nederlands Kamerorkest, Unfair Amsterdam, le Splendor, le Sandberg Instituut, le théâtre Frascati, le Muziekgebouw aan ‘t IJ / The Rest is Noise, Bimhuis, De Bezige Bij, le Melkweg Amsterdam, Over het IJ Festival, le Festival WhyNot… et De School, bien évidemment !


Vendredi
, enfin, le Tropenmuseum marquera le coup d’envoi de l’expo Fashion Cities Africa.

Spectacle vivant

En tout -tout- petit comité les amateurs de storytelling en langue néerlandaise se réuniront dans le Nord, dans un repère bien caché.

Ce week-end je vous donne rendez-vous au Veem Theater, qui vient de rouvrir ses portes pour cette nouvelle saison. En rappel – ou si vous n’en avez jamais entendu parler : En 2016, l’Amsterdam Funds for Arts a salué le caractère innovant des spectacles et productions du Veem Theater, reconnaissant son statut de  »leader » sur la scène de la danse contemporaine d’Amsterdam. Seulement cette reconnaissance s’est accompagnée d’une baisse drastique des subventions qui lui étaient allouées. Intransigeant sur la qualité du travail présenté, le Veem Theater a décidé d’ouvrir ses portes seulement 100 jours consécutifs par an, de Septembre à Janvier, pour tenir son budget – et ce jusqu’en 2020.

Dimanche je vous conseille donc au choix un portrait vidéo de la penseuse Donna Haraway – ou une pièce qui réinvente la langue anglaise, de Nicoline van Harskamp.

 

Mes inclassables

Je me mets à vous en parler régulièrement depuis quelques semaines – mais sachez que chez Boycott Books c’est la semaine du livre pour enfant (et ils en ont un sacré stock, dont beaucoup en français !!). Plusieurs ateliers sont organisés pour vos bambins cette semaine, notamment mercredi.

Jeudi, comme tous les jeudis, ce sera la joie au Dokhuis – en musique, en chouette danse et en bonne chère pour les petits budgets ! Mais avant cela de bon matin, allez faire du yoga au Veem Theater !

A partir de vendredi, la berge de NDSM sera en fête pour célébrer les 10 ans de réhabilitation de cet ancien quartier industriel.

Enfants (ou âmes d’enfants !) et petits scientifiques en herbe, filez vers le NEMO, qui sera ouvert gratuitement tout le week-end à l’occasion de la semaine de la science !

Et dimanche, tout plein de pépites pour profiter du jour de repos : la salle d’escalade Mountain Network sera ouverte gratuitement elle aussi – gym, boulder et voies accessibles à tous !
Petits bouts encore : les p’tits bouts d’expat de 12 mois à 6 ans, sont bienvenus au rendez-vous mensuel de My Little Van Gogh.
Et puis que serait le dimanche sans un marché : cette édition des Pure Markt se fera au Amstelpark !

 

Grosses soirées

Mes oiseaux de nuit, je ne suis pas très inspirée – j’en suis désolée je dois avoir la tête et les guiboles qui vieillissent…

Vous connaissez les lieux où fureter, je pose juste ici que vendredi ça sent plutôt bon du côté du Radion, ainsi que bien plus au Nord, au Skate Café

 

Et sans oublier les expats !

C’est ce soir, lundi, le grand rendez-vous pour les francophone que vous êtes avec la penseuse Chantal Thomas au Spui 25 ; et ce week-end l’annuel rencontre des expats Amsterdam Expat Fair (including a french corner, of course !)

 

Bonne semaine à tous !

 

YOU MIGHT ALSO LIKE

LEAVE A COMMENT