Semaine du 18 au 22 octobre (ADE)


Non ce n’est pas la politique du moindre effort que j’aurais soudainement adoptée. C’est juste qu’après avoir enfin mis en ligne le premier épisode de notre vlog – webserie consacré à Amsterdam, il convient de fêter ca dignement. Et qu’il n’y a rien de tel pour célébrer que d’aller danser jusqu’au bout de la nuit.

Amsterdam Dance Event
Et ca tombe bien : cette semaine c’est l’Amsterdam Dance Event (ADE), soit le plus gros festival de musique électronique au monde – rien que ca. 2000 artistes invités, 365.000 visiteurs l’an dernier, des sets bien sûr mais également des cycles de conférences pour les professionnels. La ville toute entière est de la partie et il vous sera bien difficile de l’éviter. La quasi-totalité des institutions culturelles sont réquisitionnées associées à l’événement, d’une façon ou d’une autre.
[Pour mes lecteurs qui vraiment vraiment vraiment n’aime pas la musique, vous trouverez en bas de l’article quelques idées pour occuper la ville sur un autre terrain cette semaine !]

Le magazine Dure Vie vous a fait une sélection d’événements et de soirées par ici, je vais y ajouter bien sur mes petites suggestions. Une précision : vous n’êtes pas particulièrement un oiseau de nuit ? Vous avez l’impression que vous avez passé l’âge ou vous n’avez jamais aimé vous trémousser sur des sons indistincts ? Vous pensez que ce festival se résume à des BOUMS-BOUMS, des flashs aveuglants et une consommation  indue de substances (il)licites.
Et bien sachez quand même que l’ADE fait exploser le cadre conventionnel de la  »musique électronique » et que chacun peut y trouver son compte. Par exemple, un maitre de la musique contemporaine (au sens  »classique » du terme – quel paradoxe !), Philip Glass partagera  l’affiche le temps d’une soirée avec l’artiste expérimentale Laurie Andersen. Il y aura aussi des sélections de films et documentaires projetés, d’événements de tout genre associés. Tout ca pour vous dire que bien plus qu’une simple ville qui bascule en pleine effervescence, l’ADE peut aussi être l’occasion de rêveries sonores, de découvertes harmonieuses, de moments de grâce électro-acoustiques
Pas convaincu ? Tenez, écoutez plutôt et laissez vous rêver.


Mon programme alors ?
– Demain après avoir virevolté au rock n roll comme tous les mercredis chez Clandestien, j’irai voir Raving Iran, documentaire sur 2 rebelles de la scène techno – et forcément underground – iranienne, projeté en avant première de l’IDFA ; puis je courrai à l’Est au Studio K, voir un autre documentaire sur l’émergence de la musique électro aux Pays Bas dans les années 90’s, et surtout apprécier les sets de MILD PANIC & FIEN (et les déhanchements sans pareil de leur ingé-son en mini-short vert !)
– 
Jeudi personnellement je me la jouerai Madame Night – comprendre  »artillerie lourde » : une jauge immense, Ame, Dixon, Tale of Us, pour ne citer qu’eux, à l’affiche – une vibe berlinoise et pas dépourvue d’émotions. Mais pour les fans sachez que Fakear passera au Melkweg pendant ce temps là…


Vendredi, je me remettrai en douceur en allant buller et m’évader avec la planante Kaitlyn Aurelia Smith au De School. Et peut être bien que j’y resterais peut être pour la nuit


Samedi si j’étais dans les canaux et pas en territoire belge ce serait au Marktkantine que je serais allée m’éblouir : le solaire (même Télérama le dit !) John Talabot, rien que ca et il reste quelques places…


Et dimanche, j’en ai déjà parlé, mais cela aurait été la rencontre au sommet Glass/Anderson.

Difficile de faire un programme exhaustif sur un programme aussi complet : je n’ai pas mentionné NDSM qui se met à la fête pour une immense  »pyjama party » ; ni le Dutch National Opera qui rejoindra les lampions de l’ADE sous ma serre fétiche du Noorderlicht ; ou encore Four Tet qui passe au School ; Legowelt et I-F dans le nouveau club si attendu qui vient d’ouvrir dans la tour ADAM ; le Breakfast Club, que je manque imperturbablement depuis 5 ans maintenant – où on se déhanche avec croissants et jus de fruits en main ou encore nos p’tits chouchous du label français Versatile, Acid Arab qui n’en sont plus à leur première venue sur les canaux…

 

Bref… vous l’aurez compris il y a de quoi faire cette semaine.
Mais que se passe t’il si vraiment, rien à faire, vous n’aimez pas  »cette » musique ?
Et bien l’avantage c’est que le reste de la ville sera à vous : vous pourrez vous passionner pour l’Iran vendredi ET dimanche, assister à une soirée de story telling dans un repère calfeutré et chatoyant, faire la fête sur un bateau de pirates pour éviter les clubs bondés, aller échanger vos vêtements vieillissants et faire plein d’heureux (!) ou encore finir dans le plus simple appareil au coin du feu après un sauna rassérénant, loin de cette société électrisée.

Bonne fin de semaine et à très vite – j’suis bien certaine de vous croiser !

YOU MIGHT ALSO LIKE

LEAVE A COMMENT

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.