Semaine du 18 au 24 juillet

  • admin
  • Juil 20, 2016

Blond Amsterdam

Je vous écris depuis mon p’tit coin de paradis, et cela explique bien des choses.
Je vous écris depuis ma fenêtre ensoleillée dans mon nouveau chez moi à l’écart des clameurs du centre.
Je vous écris depuis ma table chérie, achetée à tout petit prix chez Ari.
Mon meilleur ami, mon plus grand ami – ou est-ce bien le plus vieux ? – est en face de moi. Il geek, il est beau, et surtout il est si gentil d’accompagner mon après-midi de travail. Les autres sont partis visiter le musée Van Gogh, et quand il rentreront de leur journée active je n’aurais qu’une envie : aller pique-niquer sur un ponton du lac derrière chez moi, boire des Zatte au soleil de 22h, plonger dans l’eau trouble et faire fuir les canards.
Alors pourquoi des suggestions un jeudi après-midi ? Parce que je vous écris certes… mais je n’ai absolument rien envie de faire du tout.

Je n’ai même pas envie d’aller chiller dans le spa du pont d’un bateau qui s’appelle Odessa, ni de danser extatique jusqu’à la fin de la nuit. Je n’ai même pas envie de regarder les Monty Python à la belle dans le Vondel. Ik wil alleen maar zwemmencomme le chantait Spinvis – et ca s’applique bien à ma journée : je ne veux que nager – et puis les écouter.

Aujourd’hui, ces jours-ci, je n’ai pas envie d’aller à tous ces concerts que la ville alanguie me propose – et pourtant y en a deux-trois qui fleurent bon l’été ici, et . Y en aussi des plus pointus, blasphématoire, alien et planant, classique dans un parc ou encore grungy et engagé. Mais non, pas de notes – j’aspire au silence de l’été.

Ca me titillerait presque de sortir de mon quartier adoré ce week-end pour aller finir de me meubler au Ij-hallen (je vous le rappelle : le mensuel plus grand marché aux puces d’Europe) et bien sur manger un bout sur la terrasse du Noorderlicht. Ou alors demain soir me diriger au Volkshotel pour un événement surprenant : une expo photo, un barbecue et un documentaire sur fond d’interrogations quant à l’acceptation de l’homosexualité en Chine. Presque… ca me titillerait presque.

Y a bien quelques festivals et festivités qui pourraient me tirer de ma torpeur banlieusarde – d’ailleurs mon private party-guide Overdose.am ne cesse de me répéter qu’il serait dommage de rester enfermée dans ma bulle ce weekend. Effectivement, y a un chouette festival dans un bois et une soirée sous une serre, une plage thématique Gin Tonic et/ou sable & homard, de la house dans une église dans un squat (!), et même une vue à 180 degrés pour les plus fancy d’entre vous. Beau programme hein ? Et pourtant j’ai bien peur que ce soit sans moi…

…Parce que moi cette semaine, ik wil alleen maar zwemmen *

*Je ne veux que nager

YOU MIGHT ALSO LIKE