Semaine du 8 au 14 mai

 »Nos légèretés ont trop souvent des conséquences »  – Brack, Hedda Gabler (Ibsen)

Après une intro (un poil longuette) (que rien ne vous oblige à lire !), vous trouverez :
– Expos, ciné, spectacles & conférences de la semaine
– Les Francophonies
– Les festivals en tous genres
– Pour danser jusqu’au bout de la nuit
– Mes petites pépites inclassables
Bonne semaine à tous !


Et si on changeait ?
Si on changeait la donne, si renversait la table, si on inversait la vapeur – si on se réveillait au beau milieu d’une nuit sombre pour se déhancher solitaires extatiques dans les salons blafards ?

Et si on changeait ? Si un déclic se faisait ?
Cette semaine – que j’anticipe dans le bleu de ce dimanche angoissant – je la veux somptueuse et bercée d’espoirs qui tranchent, qui déchirent la morosité ambiante. Morosité de ce printemps qui n’arrive pas, de nos politiques amères, de nos angoisses existentielles et oh combien individuelles.

On m’a dit récemment   »Anne tu sais, tes gentils articles et tes soirées, tes paillettes et tes divertissements… »
Inderdaad, que répondre à cela ? Chaque lundi, je vous propose des sorties – c’est un boulot comme un autre, plutôt très plaisant, dans l’ère du temps, et bien peu révolutionnaire.

(Et où je vais moi, avec cette intro sans queue ni tête ?)

C’est peut être justement là où je veux en venir : chaque semaine, tout en répondant certes à certains impératifs et attendus, je glisse dans mes suggestions des initiatives de gens comme vous et moi, d’artistes, de doux rêveurs, de militants qui à leur petite échelle si peu révolutionnaire continuent de vouloir nous rassembler, nous faire vibrer, nous faire penser, nous ouvrir les yeux. Chaque semaine dans mes chroniques se cachent des activistes, des bénévoles, des capitaines, des sirènes, des hurluberlus, des concertistes, des oiseaux & des idéalistes.
Chaque semaine, ils nous invitent à changer, à évoluer, à faire bouger les lignes – d’une façon ou d’une autre, au beau milieu des strass et des notes, des grands musées et des incontournables – y a des bouts de rêves dans cet article, des bouts d’îles et des idéaux, des petits bonheurs simples et des squats autogérés d’artistes, des forçats de la lutte contre le gaspillage qui vous mitonnent des plats à vous faire saliver le palais.
J’vous dis tout ca pour faire passer le temps dans l’attente angoissante des résultats des élections françaises. Je vous écris ca parce que je sais que beaucoup se retrouvent dans une déception anticipée (et espérons quand même un soulagement grand, bien que relatif pour certains) et ce quel que soit le résultat implacable des urnes. Je vous dis ca parce que j’entends autour de moi des voix qui piaffent et frémissent et veulent toucher du doigt une nouvelle donne qui se fait attendre.
Je vous dit ca pour me convaincre, me dire et me redire qu’autour de nous des dizaines, des centaines, des milliers de gens font bouger les lignes au quotidien. Nous incitent à lire et nous émerveiller encore, à danser avec des réfugiés, à cuisiner avec nos restes, à s’embarquer sur des voiliers sans moteur pour réinventer le commerce, à échanger nos fringues au lieu d’en racheter, à nous embrasser – nous aimer sur des notes bigarrées, à se rencontrer en prenant le risque de lâcher nos écrans. Que la tabula rasa elle est là, tous les jours sous nos yeux – même quand on vit dans un pays étranger. Que chacun est invité, à la hauteur de ses convictions et ses prédilections, à rentrer dans la danse de mille et une façons.

Et qu’en se cultivant dans la joie, faudra pas non plus oublier de voter pour les législatives – quoiqu’il en soit.
Trêve de mots balbutiants dégoulinants de naiveté : qu’est ce qu’on fait cette semaine pour se changer les idées ?


Expos, ciné, spectacles & conférences

Francophonies

Festivals en tous genres…

  • FIBER Festival (11-14 mai) : depuis 2011 FIBER est le festival de référence mêlant audiovisuel, musique élécrtonique & cultures digitales. L’Eye (notamment ce mardi en avant-première), le Brakke Grond, le Shelter et plusieurs autres institutions éclectiques s’y sont associés pour l’occasion.
  • Composer’s festival (11-14 mai) : l’occasion annuelle pour les étudiants en composition du conservatoire de se faire entendre. Les représentations ont lieu dans le (splendide) bâtiment du conservatoire et dans plusieurs lieux associés.
  • BierOost festival (13 mai) : un festival de la bière en plein air, histoire d’apprécier le printemps et les stands des nombreuses micro-brasseries locales.
  • Make the world great again (13-14 mai) : De Ceuvel accueille ce week-end un festival joyeux qui fourmille de bons conseils pour lutter au quotidien contre le gaspillage (alimentaire, énergétique, etc.) et intégrer l’action positive. Le tout en musique et en bières, évidemment !
  • Sea Sick Surf festival (14 mai) : il n’a de festival que le nom mais il s’agit d’une soirée de deux projections de films à thématique surf & ocean au FC Hyena (ce petit cinéma du Nord que je ne saurais trop vous recommander !) : Fishpeople, documentaire réalisé par Keith Malloy et  un court-métrage de Luca Merli Sea Lone
  • WOW Open Air (13 mai) : musique, expositions, fashion, videos, spectacles et 7ème art au programme dans ce petit lieu culturel ouvert qui accueille des artistes en résidence toute l’année.

 

Musique & concerts

 

Pour danser jusqu’au bout de la nuit

J’ai trois options à vous proposer : Mees Dierdorp vendredi soir au Radion, et je vous promets moi il me met en extase ; 17h de musique non-stop avec Spring is Burning ; et pour les plus audacieux une soirée dans une église, loin, très loin dans le port

 

Mes petites pépites inclassables…

Bonne semaine à tous !

 

YOU MIGHT ALSO LIKE

LEAVE A COMMENT

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.